Brasier inachevé

Un roman de Sylvain Dicte

Brasier inachevé

Brasier inachevé : un roman de Sylvain Dicte. Image de couverture Le dernier souvenir que je garde d’elle : nous étions cernés par les flics, j’étais sur les talons, elle, debout dans l’ombre. Elle m’a posé un chewing-gum sur la langue comme on pose l’hostie. Je la regardais et je me disais qu’il faudrait fuir. Encore. Une dernière fois, comme j’avais fui la famille et l’enfance. Avant d’être englouti par des souvenirs brûlants : ma p’tite gueule de vingt ans accrochée à un rêve, l’enfer des nuits au centre de tri, les combines des chefs, les copains qui n’avaient pas supporté l’isolement, le vide, la mort... Sylvain Dicte

En deux mots :

Sylvain à 20 ans est sans emploi. Faut bien gagner de quoi survivre ! Alors il trouve une place dans un Centre de Tri Postal en horaire de nuit. Il déchante aussitôt. La misère sociale de ses collègues ouvriers ne peut pas le laisser indifférent ! Pourtant au milieu de ce naufrage, comme une lueur surgissant dans le noir, Nathalie va l’éblouir. Mais leur histoire d’amour, qui aurait pu être belle et banale va s’inscrire dans les pages des faits divers, aux parfums sanglants…

Télécharger un extrait

Préface

 « Les journaux fourmillent de faits divers qui démontrent à quel point le premier des commandements qui fonde notre civilisation - « tu ne tueras point » - ne fait plus partie de la conscience occidentale. En fait, comme l’écrit Bukowski dans un de ses poèmes : « Nous ne nous aimons pas les uns les autres » et d’ailleurs nous ne nous aimons pas plus nous-même. Alors pourquoi ne pas nous tuer ?

 Combien de temps cette semaine avez-vous passé à des activités où votre imagination – ce qu’il y a de plus intime en vous – pouvait s’exprimer librement ? Combien de fois cette semaine avez-vous regardé un être humain vivre et agir et vous êtes-vous dit : « Que c’est beau d’être en vie et humain ! »

 « Ils vont au hasard, avilis par l’effort de servir sans ardeur des choses dénuées de sens » écrit Rilke.

 « Il n’y a qu’un million de forgerons qui forgent des chaînes pour les enfants à venir » écrit Lorca.

 Notre société, amoureuse de l’or, hait la vie et adore la mort. Cet Instinct de mort, qui peut naître de l’indifférence à la vie, peut-il aussi naître d’un amour de la vie, d’une autre vie pressentie, libre et aimante, qui ne saurait pas quel chemin prendre pour exister ?

 C’est en tout cas l’histoire que Sylvain Dicte va nous raconter. Ce n’est pas de la littérature. Les humains n’ont plus le temps d’apprendre à vivre, comment donc auraient-ils le temps de faire de la littérature ? C’est le récit déchirant d’une vie qui, ne pouvant pas vivre, finit par tuer. C’est donc une invitation à chercher en nous-même les adhésions et les refus qui nous donneront à nouveau la puissance de vivre. »


Blaise Rosnay

Ce roman vous intéresse ?

Code ISBN
Code ISBN de Brasier inachevé
2-913936-05-9
Couverture souple - Format poche
303 pages - 13.57 € (frais de port : 5.90 €)